Calculs simultanés RT2012 et Passivhaus

Le sommaire des infos et concepts des maisons passives
Lorsque l’option d’une construction passive labellisée sera retenue, les calculs RT2012 et Passivhaus devront obligatoirement être effectués en parallèle avec les logiciels spécifiques pour vérifier que toutes les obligations sont respectées point par point tel est une des conclusions de l’article «Compatibilité RT2012 et Passivhaus».

Une des conséquences de l’obligation d’utiliser les 2 méthodes de calcul est une double saisie des données communes dans les logiciels spécifiques alors que la conformité simultanée au label et à la réglementation devrait pouvoir être démontré le plus simplement possible et au moindre coût. Ni les logiciels basés sur le moteur de calcul du CSTB intouchable, ni la méthode de calcul PHPP accessible et modifiable du label Passivhaus ne permettent d’atteindre cet objectif.

Pour n’utiliser qu’une des 2 méthodes, il faudrait démonter qu’il existe au moins une relation simple entre les calculs RT2012 et PHPP afin de passer de l'un à l'autre sans grands calculs. Par essence, les logiciels obligatoirement certifiés RT2012 et le PHPP des constructions labellisées Passivhaus ne sont pas compatibles. Les définitions des besoins dans les deux cas, à elles seules, rendent cette démonstration impossible. La RT2012 prend en compte 5 besoins en énergie primaire alors que le label Passivhaus ne retient que les besoins de chauffage en énergie utile.

Une solution existe éventuellement dans le titre V de la RT2012 qui définit, dans ses articles 49 et 50, la possibilité de faire agréer des systèmes spécifiques en globalité. Une construction passive avec des critères supplémentaires obligatoires, entre autre, en terme de coefficient BBIO, d’énergie primaire et de température d'été pourrait éventuellement être considérée comme un système compatible RT2012 à la condition que les calculs soient réalisés avec la méthode RT2012 qui ne permettra pas la labellisation Passivhaus. Inversement, des feuilles de calcul Excel spécifiques, permettant d’effectuer les calculs indispensables à la RT2012, pourraient éventuellement être liées en externe au PHPP dans lequel les données pourraient être récupérées. Cette solution est également impossible du fait que seul le moteur de calcul du CSTB est réglementairement utilisable.

La seule solution pour faciliter les calculs consiste à créer, le plus simplement possible,
une interface de saisie unique des données communes entre les logiciels RT2012 et le PHPP.

Cette méthode permettra une évolution facile en parallèle à celles de la réglementation et du label Passivhaus. Elle est comparable aux logiciels RT2012 qui ne font que rajouter une interface au moteur de calcul non modifiable du CSTB mais s’interpose directement entre les logiciels RT2012 et PHPP.

Les distributeurs de logiciels RT2012 n’ont aucun intérêt à développer une interface avec le PHPP qui ne présente pas une obligation réglementaire contrairement aux constructeurs de bâtiments labellisés Passivhaus qui, de toute façon, doivent construire en conformité à la réglementation. Elle n’est, de plus, pas rentable au regard de la faiblesse du nombre de projets passifs. Une telle interface ne pourrait donc être réalisée que par les tenants du concept passif. La quantité de données communes aux 2 méthodes de calcul par projet et le nombre de projets passifs qui devraient être suffisants pour justifier l’utilité de sa mise au point n’est peut-être plus, dans ce cas, un frein majeur. Si la rentabilité de la réalisation d’une interface entre PHPP et logiciel RT2012 n’est pas certaine au vu du faible nombre des constructions actuellement labellisées en France, sa faisabilité semble essentielle pour le développement du concept.

Le développement du standard Passivhaus pourrait dépendre largement
du développement d’une interface entre les logiciels RT2012 et Passivhaus.

Les obligations liées à la RT2012 provoquent le développement de logiciels de calculs réglementaires directement interfacés aux logiciels de CAO, Conception Assistée par Ordinateur. Le choix de la réalisation d’une interface entre RT2012 et PHPP devrait être plutôt orienté vers des logiciels qui permettent les deux types de saisie, manuelle et graphique.

En résumé :
        • Les constructions RT2012 labellisées Passivhaus nécessiteront la réalisation des calculs réglementaires simultanément à ceux du label passif
        • La simplification des calculs nécessite la création d’une interface de saisie unique des données communes entre les logiciels RT2012 et le PHPP du Passivhaus Institut.