7-1 - Incidences de l'étanchéité à l'air en maison passive (V2017)

Le sommaire des infos et concepts des maisons passives
Dans les bâtiments très anciens, la ventilation ne posait aucun problème. La difficulté était plutôt de se protéger des fuites généralisées et incontrôlées, en définitive, des défauts d'étanchéité à l'air. Dans des constructions plus récentes et plus étanches, la ventilation était en grande partie assurée par l’ouverture des fenêtres. Autant dire que l’air n'était vraiment de bonne qualité que pendant un laps de temps très court. Quelques minutes après la fermeture des fenêtres, le CO2 et l’humidité de l’air envahissaient à nouveau les locaux. Des systèmes de ventilation naturelle, notamment par des grilles de ventilation sur les façades ou par effet de cheminée, ont alors été mis en place pour améliorer la ventilation. Le problème est que ce mode de ventilation n’est pas constant puisqu’il dépend des conditions climatiques extérieures et qu’il ne peut donc pas être facilement contrôlé. Pour assurer un fonctionnement régulier et permanent, la… Ventilation Mécanique Contrôlée, la VMC, a été créée dans les années 1970. Celle qui s’est le plus développée en France est la VMC simple flux. L'étanchéité à l'air des bâtiments n'était alors absolument pas prise en compte. Les premières constructions à intégrer vraiment cette contrainte ont été les maisons passives parce que leur concept l'impose.

Un bâtiment ne peut en effet être au niveau d’une maison passive que s'il est suffisamment étanche à l'air. Le critère d'étanchéité du label allemand Passivhaus est 4 fois plus exigeant que l'obligation de résultat de la règlementation thermique RT2012 qui est elle-même nouvelle puisqu'elle n'existait malheureusement dans aucune des précédentes règlementations thermiques françaises. Le niveau d'exigence des maisons passives résulte des concepts mis en œuvre et plus particulièrement de la présence systématique d'une VMC double flux. Cette dernière voit en effet son efficacité fondre si l'étanchéité à l'air de la construction n'est pas suffisante. Le besoin de chauffage pourrait pratiquement arriver à doubler, si la qualité de l'étanchéité à l'air était seulement limitée à celle de la règlementation française RT2012, tel que précisé dans l'article "Une VMC double flux n'est pas efficace dans une maison qui n'est pas étanche à l'air". L'efficacité serait encore bien inférieure avec des bâtiments réalisés sous les contraintes non contrôlées des règlementations antérieures.

Contrairement aux maisons passives dans lesquelles l'étanchéité à l'air est justifiée la mis en œuvre de VMC double flux, nombreux sont ceux qui pensent que dans les bâtiments seulement RT2012, l'étanchéité à l'air ne sert à rien. Cette appréhension vient du fait que ce type de bâtiment est quasi systématiquement équipé d'une VMC simple flux et donc d'entrées d'air sur les menuiseries extérieures des pièces principales. Pourquoi donc étancher à l'air un bâtiment dans lequel on pratique volontairement des entrées d'air? Une des raisons est l'incapacité des VMC simple flux à assurer une ventilation correcte lorsque le bâtiment n'est pas étanche puisque l'air circule en empruntant toujours le chemin le plus court, souvent de la fuite à la bouche d'aspiration de l'air vicié sans traverser les pièces de circulation sans bouches d'entrée d'air et parfois même sans entrer par les bouches des pièces principales qui en sont dotées.

La conclusion est donc simple :

Les VMC double flux comme les VMC simple flux
ne fonctionnent pas correctement dans les bâtiments qui ne sont pas étanches à l'air

Au-delà de la perte d'efficacité des VMC double flux comme simple flux, les défauts d'étanchéité à l'air provoquent :

  • une mauvaise qualité de l'air des pièces mal ventilées du fait des fuites
  • des courants d'air inattendus par les fuites trop importantes
  • des pertes importantes de confort dues à la circulation d'un air incontrôlé, froid en hiver et chaud en été
  • une baisse de la température intérieure qui est compensée par le système de chauffage ou de climatisation et peut donc facilement passer inaperçu
  • des défauts d'isolation quand l'air traverse les isolants soit directement soit au niveau de leurs jonctions
  • une consommation de chauffage, voire même de climatisation, en forte augmentation
  • des risques de moisissures aux points d'entrée d'air froid non souhaitable
  • une perte d'efficacité des puits climatiques, qu'il soit canadien ou provençal
  • des défauts d'isolation acoustique par rapport aux bruits extérieurs…

Cette liste, qui n'est sûrement pas exhaustive, montre clairement l'intérêt de l'étanchéité à l'air. Confirmer que le bâtiment est au niveau d'étanchéité requis, c'est s'assurer en grande partie du respect des performances thermiques prévues, mais aussi de la qualité réelle de mise en œuvre de toutes les prestations qui concourent à l'assurer. C'est une garantie de résultat tel qu'expliqué dans la vidéo suivante…




En résumé :

  • L'étanchéité à l'air est un des facteurs les plus importants du bilan thermique d'une construction
  • Si un bâtiment n’est pas étanche, une VMC double flux comme simple flux ne pourra pas fonctionner correctement.
  • La qualité de l'étanchéité à l'air d'une construction baisse le besoin de chauffage et de climatisation tout en garantissant une meilleure qualité de l'air intérieur et du confort général


Article suivant sur le sujet 
 

Sur le même sujet
L'étanchéité à l'air

  • 7-4 - Le contrôle de l'étanchéité à l'air (A venir)
  • 7-5 - L'étanchéité à l'air en résumé (A venir)