10-4 - Comment isoler un bâtiment ?

Le sommaire des infos et concepts des maisons passives
S’isoler du climat extérieur est indispensable à notre survie. Sauf à vivre dans un climat très clément et relativement stable toute l’année qui pourrait assurer un confort normal sans pratiquement aucune source d’énergie, ce qui est particulièrement rare, ce rôle doit être assuré par nos constructions. L’assurer au plus froid de la période hivernale nécessite de répondre à la question «Qu’est-ce qu’un isolant?» puis à comprendre «Pourquoi isoler un bâtiment?». Il faudra également «Comprendre l’inertie thermique» pour améliorer le confort au maximum, dans le cas le plus défavorable, en régime dynamique estival. Enfin, et c’est l’objet du présent article, il faudra savoir comment mettre ces informations en œuvre dans nos bâtiments neufs mais aussi dans les bâtiments existants.

Limiter les besoins au maximum implique qu’un isolant, pour son rôle d’isolation et non son amélioration de l’inertie par transmission, soit interposé entre l’atmosphère intérieure qui doit assurer en permanence notre confort et celle extérieure qui varie de manière importante, entre les saisons, l’été et l’hiver, mais aussi quotidiennement, entre le jour et la nuit.

Afin d’éviter tout risque de désillusion quant au résultat final, il est absolument indispensable d’utiliser des produits dont les caractéristiques sont démontrées et certifiées par des tiers indépendants des fournisseurs de matériau et de ceux dont l’intérêt économique est aux antipodes de la réalité de la physique. Les a priori devront laisser la place à la connaissance, à la compétence et au contrôle systématique.

Interposer un isolant de qualité entre les atmosphères intérieures et extérieures peut se faire de plusieurs manières :
        • par l’intérieur
        • par l’extérieur
        • en partie centrale
        • dans la masse

Devant cette multitude de solution, la question qui se pose, à minima, est la détermination du choix le plus approprié et le plus efficace.

L’isolation par l’intérieur, l’ITI. C’est la solution gauloise par excellence. Celle qui n’est pratiquée dans aucun autre pays et même interdite dans certains comme la Belgique. Celle qui va à l’encontre de l’amélioration du confort parce qu’elle va à l’encontre des inerties par transmission et par absorption. Celle qui peut aller même à l’encontre de la solidité des ouvrages, notamment en présence de planchers bois, si les ponts thermiques qu’elle provoque ne sont pas traités pour supprimer les points froids de condensation particulièrement appréciés des moisissures.

L’isolation par l’extérieur, l’ITE. Bien que non imposée, c’est la solution technique obligatoire des maisons passives. Celle qui optimise le confort grâce à l’amélioration parallèle des inerties par transmission et par absorption ainsi que grâce à la suppression des points froids provoqués par les ponts thermiques qu’elle permet de supprimer pratiquement totalement. Cette solution permet d’optimiser la SdP, Surface de Plancher des Construction, des constructions neuves et conserve la surface habitable des rénovations.

Ces 2 types d’isolation, les plus courantes, ont fait l’objet d’un article comparatif assez détaillé, sous le titre narquois mais néanmoins réaliste : «Les Français ont adopté ITI»

L’isolation en partie centrale. De type mur-isolant-mur, cette solution peut être considérée comme une solution d’isolation par l’extérieur dans laquelle la façade visible est une solution lourde. Sans amener de grands avantages par rapport à l’ITE, hormis éventuellement du point de vue phonique, elle présente de nombreux inconvénients :
        • Murs très épais réduisant la surface utile
        • Murs lourds nécessitant des supports très résistants
        • Coûts élevés
        • Quantité de matériaux très importante, trop même, puisque les murs doublés ainsi permettraient de construire ceux de 2 bâtiments similaires!!!
L’ensemble de ces inconvénients est la plupart du temps rédhibitoire et ce type de paroi n’est quasiment jamais réalisé en France.

L’isolation répartie dans la masse. Cette solution consiste à utiliser des matériaux porteurs plus ou moins isolants dans toute leur épaisseur. Ces matériaux doivent avoir de fortes épaisseurs pour compenser leurs relativement faibles qualités de conduction thermique à l’image des bétons cellulaires. Ces matériaux, ne peuvent pas, à eux seuls, présenter simultanément une forte inertie de transmission et une forte inertie d’absorption, tel que démontré dans l’article «Comprendre l'inertie thermique», ne peuvent pas optimiser totalement le confort d’été. Suivant la zone géographique de construction, ils peuvent nécessiter des compléments d’isolation notamment pour les maisons passives en région froide. Leur utilisation ne peut se justifier que par le calcul thermique et lorsque qu’ils ont une incidence intéressante sur les prix de construction.

Les briques de type monomur, dont la résistance thermique reste relativement faible, ne peuvent pas être considérées comme des matériaux isolés dans la masse


En résumé :
  • La solution d’isolation la plus efficace, des points de vue thermique, confort, solidité et santé, est l’ITE, Isolation Thermique par l’Extérieur.
  • L’ITE ou l’isolation dans la masse doivent devenir la norme et l’ITI doit être réservée aux seules rénovations précautionneuses de bâtiments anciens de caractère.


 Article précédent sur le sujet   Article suivant sur le sujet
 

Sur le même sujet
L'isolation thermique