Vers un monde utopique

Les actualités des maisons passives
L’écologie ne doit être ni de droite ni de gauche. Elle doit être le « poil à gratter » de tous pour transmettre ses idées sans dogme, sans extrémisme inefficace voire même contre-productif car inacceptable par la majorité. Les intégrismes et fanatismes de tout type qui n’amènent à rien doivent être éradiqués.

Toutes les idées mêmes celles qui paraissent parfaitement logiques, celles qui sont pourtant maintes fois démontrées ne font ni la règle ni la loi. En définitive la psychologie et la facilité l’emporteront toujours sur la raison. Il faut expliquer, démontrer, convaincre et ne pas tenter d’imposer cette écologie qui cherche pourtant à protéger la nature pour protéger l’homme parce qu’elle n’a rien de naturel dans notre société uniquement orientée vers le tout économique au plus court terme possible. Ce mode de pensée doit prévaloir pour que l’écologie commence vraiment à exister, pour que d’idéologie minoritaire, elle devienne conscience collective au bénéfice de tous, partout, tous les jours.

Peut-être aussi, au-delà des idées, faut-il plus d’action, monter l’exemple, prouver qu’il est possible de faire autrement, de faire mieux qu’aujourd’hui, avec moins d’impact néfaste pour les autres, en intégrant dès le départ l’aspect économique tel que nous le faisons avec les constructions passives.

Ces idées ne sont pas celles des partis politiques traditionnels de droite comme de gauche. Les écologistes n’ont donc pas à se soumettre à un parti quel qu’il soit parce que ce sont eux qui ont tout à y gagner et pas l’écologie. Le pacte écologique de Nicolas Hulot qui a été imposé aux présidentiables de droite comme de gauche, en 2007, à conduit au Grenelle de l’environnement. Certes critiquables parce qu’insuffisantes, les actions qui en ont découlé n’auraient probablement pas eu lieu sans cet accord. Les écologistes n’aboutiront à rien en se soumettant avant tout débat. L’écologie n’y gagnera rien.

En définitive, dans un monde utopique, les écologistes ne devraient même pas exister en politique parce que l’écologie devrait être une composante intrinsèque à tous, individuellement et collectivement. Les écologistes n’auraient alors aucun intérêt, c’est l’écologie qui en aurait vraiment un. Chacun l’intégrerait à toutes ses actions non pas par choix mais parce que ce serait dans sa nature.

Lire la suite…

Blog PassivAct

Le changement climatique a 150 ans

Les actualités des maisons passives
Fin septembre 1861, un physicien irlandais du nom de John Tyndall publie un long article attribuant pour la première fois l’effet de serre à la vapeur d’eau et au dioxyde de carbone (CO2). Il estime que toute variation de la quantité de ces deux gaz produira des effets sur le climat. L’histoire lui donne raison.

Pour un aperçu rapide de l’évolution de la climatologie jusqu’à nos jours, il suffit de lire l’article «Le changement climatique a 150 ans» du site le journal de l’environnement.

Blog PassivAct

L'administration ne peut plus s'opposer aux toits bleus

Les actualités des maisons passives
La loi «Grenelle 2» interdit la possibilité de refuser des matériaux écologiques même s’ils ne sont pas le standard local sauf dans le cas des centre-villes protégés par les monuments historiques. Les bardages bois ou les toits photovoltaïques ne peuvent plus être refusés. Un décret publié au JO du 13 juillet précise les matériaux, procédés ou dispositifs écologiquement performants auxquels les autorisations d'urbanisme ne peuvent plus s'opposer. L’article est disponible sur le site Le moniteur.fr.

Blog PassivAct